Rechercher
  • Constance de Gabory

Chauffer dans la noirceur : ateliers collaboratifs pour construire un décor éco responsable

Dernière mise à jour : août 4

Je m'appelle Constance de GABORY, et je suis scénographe plasticienne. Je construis des installations artistiques et des décors pour des festivals: j'essaie de créer des bulles de bonheur, à mon échelle.

Cela fait plus d'un an maintenant que je ne peux plus exercer mon métier tel que je le faisais avant, et que je cherche d'autres voies et expérimente de nouveaux projets.

Quelle joie quand on m'a proposé de venir travailler sur le Festival Chauffer dans la noirceur: un vrai site en montage, des techniciens, un catering, des coups de soleil... ça m'avait manqué !


Du 13 au 16 juillet, j'ai été appelé pour organiser des ateliers de conception et de construction d'un décor éco responsable pour le festival Chauffer dans la noirceur, à Montmartin sur mer en Normandie, avec un groupe de 12 adolescents.


Le challenge ? Construire une tête de requin géante en 3 jours, en pratiquant l'éco conception, avec l'aide d'une team de 12 adolescents et leurs 2 animateurs, David et Aurélien, en provenance du centre d'animation les Unelles de Coutances, et de Moustik, mon acolyte appelé en renfort sur l'intervention.


Jour 1 :

Avant de commencer la construction, nous avons réuni les jeunes, pour, dans un premier temps, organiser notre futur espace de chantier, et, dans un second temps faire un brainstorming sur comment pourrions nous nous y prendre pour construire cette fameuse tête de requin géante, en fonction des idées de chacun. En intégrant au passage, la notion d'éco conception.

Qui dit éco conception, dit matériaux de récupération. Nous avons passé l'après midi à désosser des palettes, pour revaloriser les planches en dents de requin.




Jour 2:

Construction de la structure squelette du requin. Pour respecter au maximum le sol, nous avons opté pour une structure casi flottante: un point central est enterré dans le sol, le reste est soit suspendu soit posé sur le sol. En parallèle, un second groupe se met sur le design des dents, puis à la découpe et au ponçage (franc succès pour le ponçage ! ).



Jour 3:

Ce qui ressemble à un grand bucher, doit commencer à ressembler à un requin, demain, c'est l'ouverture du festival !

On place la bouche, puis on commence à mettre en place la peau du requin, constitué de plaques de PVC récupérées à la Réserve des arts, mon fournisseur officiel de matériaux de récupération. Pour un effet esthétique et atténuer la prise au vent, les ados percent des trous de différentes taille à la scie cloche dans les plaques.



Jour 4:

Fin de la pose du haut de la tête du requin, habillage de la bouche avant, nettoyage, pose d'un appareil dentaire sur les dents du requin... On fignole l'installation, pour qu'elle puisse accueillir les festivaliers qui voudraient se prendre en photo à l'intérieur.

Et voila le résultat !

Merci à Pierre, à l'équipe de Tour de Chauffe, de Chauffer dans la noirceur et à l'équipe d'animations des Unelles pour leur accueil, leur confiance et leur bonne humeur !





97 vues1 commentaire